Comparer sa vitesse à celle d'autrui. Comparaison sociale et représentation de la conduite chez les automobilistes européens

DELHOMME ; CAUZARD

Type de document
ARTICLE A COMITE DE LECTURE NON REPERTORIE DANS BDI (ACLN)
Langue
francais
Auteur
DELHOMME ; CAUZARD
Résumé / Abstract
Dans le cadre d'une enquête menée dans dix-neuf pays d'Europe (SARTRE2) auprès de 20 275 automobilistes, la question a été posée de comparer sa propre vitesse à celle de la moyenne des autres automobilistes. A l'échelle de l'ensemble de ces pays, le jugement de similarité à autrui prédomine : 52,4 pour cent des automobilistes considèrent conduire aussi vite que la moyenne des autres automobilistes, 27,1 pour cent conduire moins vite et 20,5 pour cent conduire plus vite. Si de grandes variations dans la répartition de ces pourcentages sont observées dans certains pays d'Europe, la signification de ces jugements comparatifs est cependant analogue pour les dix-neuf pays. Les automobilistes qui considèrent conduire plus vite que la moyenne présentent des opinions moins en faveur de la sécurité, reconnaissent plus fréquemment enfreindre les règles légales de conduite (y compris sur le plan de la vitesse) et ont été impliqués dans davantage d'accidents de voiture au cours des trois dernières années que ceux qui considèrent conduire aussi vite ou moins vite que la moyenne. Enfin, ceux qui considèrent conduire aussi vite manifestent moins d'opinions en faveur de la sécurité et indiquent moins fréquemment respecter les limites légales de vitesse sur certains types de routes que ceux qui considèrent conduire moins vite que la moyenne. Les implications de ces résultats sont discutés pour l'aide qu'ils pourraient apporter à la conception d'actions de prévention.
Source